L'oeil grec 🧿

L'oeil grec 🧿

de lecture

Qu’est-ce que l’oeil grec? 

L’oeil grec est une croyance populaire antique basée sur le “mauvais oeil”. Principalement connue dans le bassin méditerranéen, elle est surtout appréciée en Grèce, pays d'origine de la légende. 

D'après le peuple grec, le “mauvais oeil” est une malédiction causée par un regard médisant ou envieux lancé à une personne inconsciente du mal qui lui est souhaité. Cela causerait malheur et malchance voire, dans certains cas, la mort. Il est communément admis que le mauvais œil puisse être donné sous forme de regard ou de compliment, témoignant de son lien avec la jalousie et l'hypocrisie. Il existe cependant plusieurs façons de s’en protéger, comme par exemple avec les amulettes oeil bleu Nazar Boncuk ou sous forme de phrase protectrice. Nous aborderons ces thèmes en précisions plus tard. 

Il est important de préciser que même si cette croyance est principalement connue et pratiquée dans les régions méditerranéennes et d’Asie occidentale, elle a également réussi, au fil des siècles, à se propager autour du globe. On retrouve son influence en Afrique, en Asie, en Europe centrale et en Amérique Latine ainsi que dans les trois principales religions monothéistes surtout sous formes de bracelet avec oeil.


 

L’origine du mauvais oeil 

Il y a plusieurs théories quant à l’origine même de la légende du mauvais oeil grec. Cependant, le fait qu’elle se soit fortement popularisée durant la Grèce antique est historiquement avéré . En effet, on trouve les premières traces archéologiques du mauvais oeil au 6e siècle avant J. -C., où il était alors représenté en tant que ornement décoratif sur des vases sous forme d’oeil bleu. Dans la mythologie et théologie grecque, le mauvais oeil appelé alors “vaskania” était considéré comme un regard malveillant, porteur de malédictions. Néanmoins, on soupçonne fortement cette croyance de ne pas venir du peuple grec lui-même et qu’ils ont été influencé par d'autres cultures.

Dans la liste des nombreux peuples étant potentiellement à l’origine de cette croyance, le peuple égyptien est à la première place.  Il pourrait s'agir à l’origine de la croyance du dieu du Horus. En effet, selon les Égyptiens, le soleil et la lune étaient les yeux d’Horus, ils avaient même pour coutume de dire que les humains ne pouvaient pas échapper à son oeil. Ce peuple portait des amulettes représentant l’oeil d’Horus qui étaient alors censés éloigner le malheur. On peut donc aisément imaginer que les marins et commerçants grecs ayant voyagé jusqu'à l'Égypte rapportaient les amulettes d’Horus et déformaient sa réelle signification au fil du temps.

 

Mais alors comment se séparer de la malédiction de l’oeil ?

 

Les incantations contre le mauvais oeil en Grèce

 

En Grèce, il existe plusieurs façons de rejeter l’oeil. La première, sous forme d’incantations, représente la façon la plus mystique de le chasser et est encore très pratiquée en Grèce.

L’incantation la plus connue pour rejeter l’oeil en Grèce se nomme xematiasma ( ou ξεμάτιασμαen Grec). Dans ce processus, le "guérisseur", généralement un parent plus âgé et du sexe opposé, récite à voix basse une prière secrète transmise de génération en génération. Cette prière ne doit jamais être révélée, car ceux qui  oseraient la répéter perdraient immédiatement leur capacité à contrer le mauvais oeil. 

Il existe plusieurs versions de cette prière mais voici la plus connue : 

"Sainte Vierge, Notre-Dame, si [insérer le nom de la victime] souffre du mauvais oeil, libère-la". 

Pour être efficace, la prière doit être répétée trois fois. Selon la coutume, si l'on est vraiment atteint par la malédiction, la victime et le "guérisseur" se mettent alors tous deux à bailler fortement. Dans ce cas le "guérisseur" doit faire trois fois le signe de la croix et trois crachats en l'air.

Un autre type de "test" mystique très populaire est utilisé pour détecter si le mauvais oeil a été jeté. Le “test de l’huile” qui existe en de nombreuses variantes.

Dans la plus populaire, le test consiste à mettre une goutte d'huile d'olive dans un verre d'eau, généralement bénite. Si la goutte flotte, alors cela signifie qu'il n'y a pas de malédiction. En revanche, si la goutte coule, cela signifie que le mauvais oeil a bel et bien été jeté.

Les amulettes oeil bleu Nazar Boncuk

 

Même si le concept et la façon de se protéger du mauvais oeil changent beaucoup d'une culture à l'autre, la plupart des peuples utilisent des talismans de protection. C’est de loin la manière la plus commune et démocratisée pour contrer l’oeil grec. Cependant, la plupart des pays se protègent avec une seule et même amulette turque appelée ”Nazar Boncuk” ou ”Oeil bleu”. 

Le Nazar Boncuk est un talisman turc censé contrer le mauvais oeil. L’expression Nazar Boncuk proviendrait du mot arabe “Nazar” signifiant “vue”, “surveillance” ou “attention” et du turc boncuk signifiant "Perle". 

Le boncuk turc est une perle de verre en forme de goutte composée de cercles concentriques bleus et blancs avec en leurs centres un point noir, lorsque l’amulette se brise cela signifie qu’elle a rempli son rôle et qu’elle a “contré” le mauvais oeil. L’oeil bleu est souvent accroché devant les maisons, sur les voitures ou porté sous forme de bijoux pour se protéger et protéger ses biens du mal.  L’oeil turc a donc facilement pris de l'importance en tant qu'élément de la culture populaire turque et grecque grâce à son esthétique et ses possibles déclinaisons en bijoux.

 

 

 

L’origine de l’amulette oeil grec

L’origine de la perle servant à fabriquer l’amulette remonte au  XVIe siècle avant J. -C. À cette époque les perles de verre étaient fabriquées et utilisées dans le monde méditerranéen antique et servaient souvent de monnaie d'échange ou d'ornement décoratif.

L’art de la verrerie servant à donner sa forme emblématique de goutte au talisman était populaire de la Mésopotamie jusqu’à l'Égypte en passant par Carthage et par la péninsule Perse. Elle fut popularisée durant tout le long de la période impériale romaine.

Le Nazar Boncuk n'a été officialisé comme talisman contre l’oeil grec que très tardivement par rapport à la date de création de sa légende originelle. Ce n’est que durant le déclin du premier Empire ottoman que des artisans verriers arabes installés en Turquie, voyant l'art de la verrerie perdre de sa popularité, décidèrent d’allier deux traditions populaires : l’art de la verrerie et la légende de l’oeil grec. Ils décidèrent de donner la couleur emblématique bleue car la Turquie étant un pays très sec, le bleu était synonyme d’eau et donc de bienfait. Ce fut un succès et cela permit pendant un certain temps de  redynamiser ces domaines.

 

 

L’oeil grec dans la société contemporaines 

L’oeil grec a toujours beaucoup d’adeptes à notre époque même si la croyance remonte à plusieurs millénaires. Les Grecs l'ont peu à peu intégré dans leur société contemporaine grâce à l'incorporation du mythe dans l'orthodoxie (principale religion de Grèce), l'église grecque a même une prière contre le mauvais oeil et les popes ont accepté la croyance traditionnelle mais l'ont associé au diable et à l'envie. L’acceptation de l’église a grandement aidé à sa diffusion mais maintenant, le culte se pratique principalement sous forme de bijoux oeil bleu censé contrer le mauvais oeil et populaire dans le monde entier.

 

 

 Sources :

  •  Ronald T.Marsese. “Le tissu de la vie: les transformations culturelles dans la société turque.” pp. 103-107.
  • Cora Lynn Daniels “ Encyclopédie des Superstitions, du Folklore et des Sciences Occultes du Monde". (Volume III)
  • Ross, C. " La base électrophysiologique de la croyance du mauvais œil. Anthropologie de la conscience". 21: 47–57.
  • Side Diredot "evil eye". Encyclopædia Britan

 


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés

Newsletter

Recevez nos articles dans votre boite email.